Mobile Marketing

Tout ce que vous devez savoir sur les emojis

Camille Viscart
Par Camille Viscart

Les emojis font partie intégrante de notre quotidien. Que ce soit dans un message, un post ou sur un t-shirt, ils sont partout ! 👀

Mais savez-vous quand les emojis ont été créés ? Comment ont-ils évolué depuis leur création ? Quelles sont leurs opportunités et leurs contraintes ?

Si vous êtes plutôt vidéo, découvrez notre magazine Faster sous forme de web stories ⚡

 

Les chiffres à retenir 

L’histoire des emojis

Avant de commencer, faisons un point car entre émoticône, smiley et emoji, il y a de quoi se perdre. 

:)   Un émoticône est une chaîne de ponctuation.

😃 Un smiley est la représentation graphique.

🍩 Un emoji est le terme générique qui représente d'autres symboles en plus des smileys.

Voilà ! Maintenant, que nous sommes sur la même page, nous pouvons débuter. 🥰

Les théories

Il existe de nombreuses théories concernant le précurseur de l’émoticône. 

Certains disent que ce serait Robert Gerrick, en 1648, dans son poème “To Fortune”, où nous pouvons voir deux-points avec une parenthèse fermée représentant un émoticone qui sourit “:)”. 

D’autres pensent que ce serait Abraham Lincoln, en 1862, dans le texte d’un discours où il y aurait un point virgule suivi d’une parenthèse fermée, formant un “;)”.

Toutefois, dans les deux cas, il paraît que ce ne sont que des erreurs d’imprimerie ou alors des habitudes de sur-ponctuation d’époque. 

L’arrivée du smiley 

Si nous laissons les théories de côté, nous savons que c’est en 1972 que le smiley apparaît grâce à Franklin Loufrani. 

Alors journaliste, il avait proposé à France-Soir de lancer une opération baptisée “Prenez le temps de sourire”. Le concept était de mettre en avant des bonnes nouvelles à l’aide d’un pictogramme : un visage rond fendu qui sourit. 

Ce dernier a été initialement imaginé par un graphiste américain, Harvey Ball, en 1963. Mais c’est Franklin Loufrani qui fut le premier à le déposer à l’INPI. Ne l’ayant pas breveté, Franklin Loufrani a vu une opportunité et s’est empressé de déposer sa version du smiley auprès de l’Institut International de la propriété intellectuelle.

La naissance des emojis

Maintenant, faisons un petit bond dans le temps en 1999, année de naissance des emojis. Le mot “emoji” signifie littéralement « image » (e) + « lettre » (moji). 

Tout a commencé avec l’opérateur mobile japonais, NTT DoCoMo qui rencontrait des soucis avec l’envoi des messages photo qui utilisaient énormément de données. Alors pour contrer ce problème, ils ont décidé d’offrir à leurs utilisateurs des emojis afin d’illustrer leurs messages tout en consommant moins de data et de caractères. 

L’évolution des emojis

Vers plus de diversité 

En 1999, il y avait 173 emojis. En 2020, nous en comptions 3136. Chaque année, des emojis s’ajoutent au catalogue. Et plus le nombre d’emojis augmente, plus ils se retrouvent au cœur de l’actualité. 

Le souci relevé par un grand nombre d’utilisateurs reposait sur un manque de représentation : Pourquoi ne pouvions-nous pas accéder à  un plus grand panel de couleurs de peau ? Pourquoi le drapeau israëlien était représenté mais pas le drapeau palestinien ? Pourquoi les couples et les familles étaient uniquement hétérosexuels ? 

Il n’était pas spécialement question de pouvoir décrire chaque situation mais plutôt de demander la représentation de la diversité qui compose nos sociétés. 

Ainsi, en 2015, les utilisateurs ont pu accéder à une nouvelle fonctionnalité : la personnalisation des emojis selon la couleur de peau. Et depuis ce moment, tout nouvel emoji intégré tend à être plus représentatif. 

Qui décide de l’intégration de nouveaux emojis ?

Et bien c’est le Consortium Unicode, une organisation californienne à but non lucratif. 

Tous ceux qui font partie du consortium peuvent prendre part aux débats. Mais pour pouvoir voter, il faut payer une adhésion allant de 7500$ à l’année, jusqu’à 18000$ pour avoir un siège permanent. 

Parmi les membres permanents nous pouvons compter Facebook, Microsoft, IBM, Netflix, Google, Salesforce, SAP, et, petite surprise, le ministère des affaires religieuses d’Oman. Les raisons de la présence de ce dernier au conseil restent un mystère… 

Nous pouvons également recenser des institutions telles que l’université Berkeley en Californie, le gouvernement Indien ou encore le ministère des télécommunications de Bangladesh.

Les opportunités

  • L’universalité

Le premier avantage des emojis repose sur son universalité. N’ayant aucune règle linguistique, les emojis nous offrent une flexibilité et un sens d’interprétation sans pareil. 

  • La communication écrite

Ils facilitent également la communication écrite. Selon de nombreuses études, 55 % de la communication humaine se fait par le langage corporel et 38 % par le ton et l'inflexion de l'interlocuteur. Ainsi, les emojis sont les expressions et gestes dans une communication face-à-face et le ton de la voix au téléphone.

  • Les relations professionnelles

Les emojis favorisent les relations personnelles, mais aussi professionnelles : 61% des utilisateurs d’emojis les utilisent dans un cadre professionnel. Ils sont majoritairement utilisés avec des personnes du même niveau hiérarchique et ils les utilisent pour 3 raisons majeures : 

🤗 Rendre leurs conversations plus conviviales (62%)

💪 Renforcer leurs affinités avec leurs collègues (80%)

👍 Rendre les échanges plus clairs (42%).

  • Un support marketing

Les emojis sont également un excellent support marketing sur lesquels les marques peuvent s’appuyer. 

Chaque année, de nombreuses marques demandent l’intégration de nouveaux emojis comme Taco Bell pour la création d’un emoji 🌮. Nous pouvons également citer Domino’s qui permet de prendre des commandes via Twitter grâce à l’emoji 🍕.  

D’autres demandes ont été soumises mais sans succès comme Durex qui a mené campagne pour un emoji «préservatif» ou Kit Kat pour un emoji «barre de chocolat». 

  • Un moyen d’expression

C’est également un moyen d’exprimer ses envies et c’est sur ce principe que l’application de rencontres Fruitz est parti.

 Ici, pour faire comprendre quel genre de relation l’utilisateur recherche, il pourra choisir entre  la cerise pour une relation sérieuse, la grappe de raisin pour une relation amoureuse sans se précipiter, la pastèque pour des sex friends et la pêche pour un coup d’un soir.

  • Communiquer uniquement en emojis

Certains n’ont pas hésité à utiliser les emojis comme seul et unique moyen de communication. En 2015, Julie Bishop, ancienne ministre australienne des affaires étrangères, avait accordé la première interview politique uniquement en emojis. 

Les contraintes

  • Une contrainte graphique 

L’interprétation des emojis peut être biaisée par une contrainte graphique. En effet, selon le matériel et la plateforme utilisée, les emojis peuvent être différents, pouvant alors compliquer la compréhension du lecteur.

  • Apple donne une signification aux emojis

Lors de la sortie d’IOS 10, Apple a “tué” l'emoji en lui donnant un sens. À partir de cette mise à jour, si vous écrivez un message avec le T9 activé, IOS vous fera une suggestion d’emojis afin de remplacer les mots. 

Même si c'est un langage sans aucune règle linguistique, selon Apple, tel emoji correspond à telle signification.

  • Une interprétation différente selon le pays et la culture 

Tout d’abord, la communication ne fonctionne que si le récepteur a la capacité de comprendre le message porté par l’image symbolique. Selon les régions ou les cultures, chaque communauté a sa propre interprétation. 

L’emoji du pouce levé 👍🏾 par exemple, signifie généralement un accord donné. Toutefois, en Grèce et au Moyen-Orient, cela peut être pris comme une insulte se rapprochant d’un doigt d’honneur. Au Japon, cet emoji équivaut au chiffre « cinq » tandis qu’en Allemagne, cela représente le chiffre “un”. 

De même, l’emoji “applaudir” 👏  est utilisé pour féliciter, pour beaucoup, alors qu’en Chine, cela symbolise le fait d’avoir un rapport sexuel.

  • Des emojis porteurs d’idéologies

Dans la même idée, quand pour certains les emojis sont “innocents” et n’ont pas de signification spécifique au-delà de ce qu’il représente, pour d’autres les emojis peuvent être vecteurs d’idées sociales ou politiques, souvent extrémistes.

Par exemple, l’emoji 👌 qui pour beaucoup signifie qu’on est d’accord ou que tout va bien, a été classé en 2019 par la Ligue Anti-Diffamation comme symbole haineux. En effet, la position de la main lorsque le pouce et l’index se rejoignent représenterait en effet l’abréviation “WP” pour White Power. 

  • Des emojis connotés sexuellement

Certains emojis sont également connotés, sexuellement notamment, comme l’aubergine 🍆, les cerises 🍒, la banane 🍌, ou la pêche 🍑 ou encore les gouttes d’eau 💦. Ainsi, en 2019, Facebook a modifié ses "Standards de communauté" afin de modérer les publications des utilisateurs usant de ces emojis dans un contexte sexuel. 

Bien évidemment, vous êtes toujours libre de publier du contenu sur Facebook ou Instagram avec une aubergine ou une cerise. Toutefois, si il y a le moindre caractère sexuel, vous risquez d’être censuré.

  • Une difficulté pour les personnes à déficience visuelle 

La difficulté d’interpréter les emojis s’impose à toute personne avec une déficience visuelle utilisant un lecteur d’écran. En effet, chaque emoji est décrit pouvant alors augmenter considérablement le temps d’écoute des ces derniers.

Même si les emojis peuvent présenter plusieurs contraintes, comme vous, nous ne pouvons plus nous en passer 😍 Vive les emojis !